Photo fresque "Antes del Silencio"

David De La Mano a embelli le centre ville de Saint-Nazaire durant l’été !

Photo réalisation fresque "Sombra del Centinela"
© Martin LAUNAY / Ville de Saint-Nazaire

Nous avons profité de la deuxième quinzaine de juillet pour sortir du 13e arrondissement et ainsi réaliser trois nouvelles fresques murales, cette fois sur des façades de la ville de Saint-Nazaire.

Avenue Léon-Blum, David de la Mano profite de deux espaces, l’un en face de l’autre. Il a réalisé deux nouvelles peintures murales, l’une près de l’École d’Arts et l’autre sur le pignon d’une maison privée. Une œuvre dans laquelle il souhaite « parler du temps, du passé qui est lourd ici ». L’esthétique de David est précise, graphique et proche de l’illustration.

Les fresques de David De La Mano racontent toujours une histoire. Ici, il fait référence à la Seconde Guerre Mondiale et à la mémoire collective.

Photo fresque "Sombra del Centinela"
© Martin LAUNAY / Ville de Saint-Nazaire

Première fresque : “La Sombra Del Centinela” (traduit “L’Ombre de la Sentinelle”)

David De La Mano accorde beaucoup d’importance à la mémoire collective d’un peuple à la suite d’un événement traumatique. D’après lui il nous faut apprendre du passé et l’importance des archives figuratives peut être associé à deux principes de base : la mémoire elle-même (qui s’oppose à l’amnésie) et l’action de se souvenir, la mémoire du passé vécu et oublié ou refoulé.

« L’Ombre de la Sentinelle » présente trois différentes ombres possibles de l’arbre situé devant la fresque. Dans une dystopie naturelle multiple, une des ombres apparaît sèche, translucide, à l’état latent. Une autre des ombres est une grande masse noire opaque, avec un tronc fin, des branches ressemblant à des fils de soie ondulant de manière fragile et délicate. La troisième et dernière ombre est rouge, avec le tronc incurvé et asymétrique.

Sous les trois ombres et une masse d’arbres, passe une masse de gens. Au fil du temps, génération après génération, ils suivent clairement le chemin tracé en sachant qu’ils peuvent toujours suivre l’ombre laissée par la sentinelle.

Photo fresque "Antes del Silencio"
© Martin LAUNAY / Ville de Saint-Nazaire

Pour sa seconde fresque intitulée “Antes del Silencio” (traduit “Avant le Silence”), David De La Mano s’inspire d’une citation de José María Gómez Valero et d’un poème de David Eloy Rodriguez.

“No deberías tener miedo es sólo el cielo, amor, la lluvia, la tormenta; y ya no pudo decir nada más. Su mano firme también temblaba.”

José María Gómez Valero

“NUNCA FUIMOS héroes.
No seremos héroes.
Hijos de perdedores
con la derrota en las venas. Soldados sin gloria
en territorio enemigo, lamiéndonos las mismas heridas, aplicando los mismos remedios. Niños que tiran piedras
a los trenes.
Ballenas arponeadas
dispuestas a resistir.
CUANDO NACIMOS
ya habían traducido el mundo
en un lenguaje equivocado.
Las cifras estaban destinadas.
Las fórmulas tenían veneno.
Tuvimos que aprender
a respirar debajo del agua
y seguimos esperando
que la piel del tiempo
no nos vuelva locos.
No queremos ser tratantes.
No queremos ser esclavos.
Continuamos una senda de sangre.
No olvidamos de qué está hecho el camino, no olvidamos.”

David Eloy Rodriguez

Fresques de David De La Mano visibles avenue Léon-Blum, Saint-Nazaire

Galerie Itinerrance

24B Boulevard du Général d’Armée Jean Simon, 75013, Paris

Réouverture le jeudi 19 septembre à 18h : Vernissage de Cryptik
Ouvert du mardi au samedi de 12h à 19h // Entrée libre

© David de la Mano / Martin LAUNAY / Ville de Saint-Nazaire

David De La Mano a embelli le centre ville de Saint-Nazaire durant l’été !Galerie Itinerrance
08